Faut-il compter les calories pour maigrir ?

Faut-il compter les calories pour maigrir ? Si vous avez déjà fait des recherches à ce sujet, vous avez pu constater que les avis sont bien différents et souvent opposés. Si compter les calories est incontournable dans certains régimes, il semble pourtant que selon d’autres compter les calories ne sert à rien. Découvrons ce qu’il en est et si oui ou non, il faut compter ses calories pour bien maigrir.

faut il compter les calories

Faut-il compter les calories pour perdre du poids ?

Qu’est-ce qu’une calorie ?

Telle qu’on la connaît dans le domaine de la nutrition, une calorie permet d’évaluer le besoin énergétique d’un individu et de définir la valeur énergétique d’un aliment. Mais la calorie est avant tout une unité de mesure de l’énergie inventée en 1824 par le chimiste et physicien français Nicolas Clément.

D’après Wikipédia, « La calorie est une unité d’énergie valant approximativement 4,1855 joules, ce qui correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour élever la température d’un gramme d’eau liquide de 14,5 à 15,5 °C. »

L’énergie est ainsi mesurée en calories (kcal) ou en Joules (kJ), qui sont les unités internationales de mesure de cette énergie. A titre d’information, 1 calorie (kcal) est égale à 4,18 Joules (kJ). Le kilojoule est l’unité de mesure internationale mais, dans le langage courant, on utilise plus couramment le terme de « calorie ». La « calorie » est donc devenu le terme usuel pour désigner en réalité la « kilocalorie ».

Faut-il compter les calories pour maigrir ?

D’après la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), « Le bilan énergétique est atteint lorsque l’apport énergétique alimentaire est égal à la dépense énergétique, auquel s’ajoute le coût énergétique de la croissance pendant l’enfance et la grossesse, ou le coût énergétique de la production de lait pendant l’allaitement » (FAO, 2004).

Si l’on envisage le principe du bilan énergétique de manière simpliste, il est logique de penser que le nombre de calories consommées est identique au nombre de calories réellement absorbé par le corps. Ainsi, il devrait être facile de connaître ce chiffre en regardant simplement les valeurs caloriques des aliments.

Si vous n’arrivez pas à perdre du poids, c’est peut-être effectivement parce que vous consommez en réalité plus de calories que vous ne le pensez. Mais le nombre de calories indiqué sur une étiquette ne reflète pas le nombre de calories qui parvient réellement au corps.

Le parcours des calories dans le corps

On sait aujourd’hui que la valeur calorique indiquée sur les aliments n’est pas le nombre de calories réellement absorbé au final par le corps. Alors quel parcours les calories traversent-elles et quelle quantité profite réellement au corps ?

Énergie brute

Le contenu calorique total d’un aliment est tout d’abord appelé énergie ingérée. Mais comme nous l’avons mentionné, les aliments ne sont en réalité pas entièrement digérés. Ainsi, la digestion incomplète des aliments dans l’intestin grêle, accompagnée dans certains cas par la fermentation des fibres alimentaires non absorbés dans le côlon, entraîne des pertes d’énergie. On en déduit l’énergie brute.

Ces pertes d’énergie sont réalisées sous forme d’énergie fécale et d’énergie dite gazeuse sous forme de gaz combustibles (hydrogène et méthane). Des acides gras à chaîne courte volatils se forment également, dont certains sont absorbés et disponibles sous forme d’énergie. Au final, il reste l’énergie digestible.

Énergie digestible

Ensuite, une partie de l’énergie digestible est perdue sous forme d’énergie urinaire, principalement sous la forme de composés de déchets azotés dérivés du catabolisme incomplet des protéines. Une petite quantité d’énergie est également perdue à la surface du corps, que l’on appelle énergie de surface. L’énergie qui reste après avoir comptabilisé ces pertes est appelée énergie métabolisable.

Énergie métabolisable

Toute l’énergie métabolisable n’est pas non plus disponible à l’arrivée. La fermentation microbienne et la thermogenèse alimentaire consomment aussi de l’énergie sous forme de calories. Le résultat obtenu après ces pertes caloriques est appelé énergie métabolisable nette.

Une partie de l’énergie est ainsi utilisée lors des processus métaboliques associés à la digestion, à l’absorption et au métabolisme intermédiaire des aliments. Ce phénomène est appelé thermogenèse alimentaire ou effet thermique des aliments. Au final, la valeur énergétique d’un aliment peut varier de 5 à 25% par rapport à sa valeur référence.

Et comme toutes les calories ne sont pas égales, le corps traite les calories différemment selon qu’elles proviennent des protéines, des lipides ou des glucides. Ainsi, la quantité de calories réellement absorbée par le corps diffère selon l’origine des calories.

Énergie métabolisable nette

Une partie de l’énergie métabolisable nette est également perdue sous l’influence d’autres processus métaboliques liés à la thermogénèse. Il peut s’agir du froid, des hormones, de certains médicaments ou de stimulants divers tels que la caféine. L’énergie restante après soustraction de ces pertes est appelée énergie nette de maintenance. C’est l’énergie qui peut finalement être utilisée par le corps pour soutenir le métabolisme de base, l’activité physique et les autres fonctions de l’organisme.

Entre l’étiquetage des produits alimentaires et la réalité physiologique de l’être humain, des études montrent que le nombre de calories affichées sur l’étiquette peut avoir un décalage de 5 à 20% dans certains cas. Ainsi, ces études ont montré que l’on absorbe seulement 79% des calories des noix, 80% des calories des amandes et 95% des calories des pistaches.

L’absorption individuelle des calories

Non seulement la quantité de calories consommées n’est pas réellement celle qui parvient au corps, mais on sait également que chaque individu n’absorbe pas les calories de la même façon.

compter les calories ne sert a rien

Une absorption variable selon chaque personne

L’énergie que chacun peut retirer d’un aliment semble assez variable d’une personne à l’autre. Au-delà de la moyenne, il y avait des différences individuelles. Dans les études citées précédemment, certaines personnes ont absorbé plus de calories provenant des différents oléagineux, alors que certains en ont absorbées moins. D’autres études ont montré que certaines personnes n’absorbaient pas le tiers des calories disponibles dans l’aliment.

Chacun va métaboliser transformer les calories de manière différente selon son état physiologique. Un enfant, une femme enceinte, une personne âgée sont autant de situations physiologiques différentes où les calories peuvent être traitées de manière différente par le corps.

D’autres spécialistes précisent qu’en matière d’absorption des calories la mastication joue elle aussi, un rôle essentiel. « Les gens qui avalent sans mâcher ont des perturbations métaboliques parce qu’ils ingèrent davantage de calories qu’il ne leur en faut réellement » explique le Dr Arnaud Cocaul. Mieux on mâche, et plus on absorbe. « La biodisponibilité des calories est meilleure quand on mastique lentement. Le cerveau a une comptabilité calorique parfaite dès lors qu’on lui laisse le temps d’ajuster la teneur calorique du repas aux besoins réels » ajoute le médecin.

Le rôle de la flore intestinale

Mais aussi, même à comportement alimentaire semblable, tout dépend de la personne elle-même, chacun ayant ses spécificités digestives. Ainsi, pour deux personnes de même âge, de même sexe, de même mode de vie, le taux d’absorption peut varier de 600 calories par jour.

Une hypothèse serait que la flore intestinale jouerait un rôle dans l’absorption des calories. En effet, chaque personne digèrerait différemment les aliments, notamment en fonction du type et de l’abondance du type de bactéries intestinales présentes. Les experts expliquent ainsi que les personnes obèses pourraient avoir une surabondance de certains types de bactéries, les rendant plus efficaces pour absorber les calories des aliments, et une déficience dans un autre type de bactéries, qui elles permettent au contraire d’absorber moins de calories des aliments.

Alors faut-il compter les calories pour maigrir ? Vous l’avez vu, compter les calories comme seul et unique moyen d’essayer de perdre du poids n’est pas une science exacte. Alors même si les calories comptent dans la perte de poids, vous ne devriez pas compter uniquement sur les calories pour maigrir !


Vous avez aimé cet article ?


Téléchargez votre guide GRATUIT

En soumettant ce formulaire j'accepte que mes données soient collectées conformément à la politique de confidentialité.



Partagez et commentez cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire j'accepte que mes données soient collectées conformément à la politique de confidentialité.