L’orthorexie ou l’obsession de la nourriture saine

Manger sainement pour maigrir en bonne santé paraît être une bonne idée au premier abord. Mais comme toujours, il existe des cas extrêmes où manger sainement pour maigrir peut se transformer en véritable obsession de la nourriture saine. C’est ce que l’on appelle l’orthorexie. Comment se manifeste l’orthorexie et que faire quand manger une obsession ?

obsession nourriture saine

L’orthorexie ou l’obsession de la nourriture saine

Qu’est-ce que l’orthorexie ?

On connaît bien l’anorexie et la boulimie, qui sont aujourd’hui les deux troubles du comportement alimentaire les plus répandus. Mais depuis quelques années, un nouveau trouble a été identifié en 1990 et décrit en 1997 par le Dr Steven Bratman : l’orthorexie.

Selon Wikipédia, « l’orthorexie (du grec orthos « correct » et orexis « appétit ») est un ensemble de pratiques alimentaires, caractérisé par la volonté obsessionnelle d’ingérer une nourriture saine et le rejet systématique des aliments perçus comme malsains (malbouffe) ». L’orthorexie consiste donc à contrôler de manière obsessionnelle la nourriture consommée, qui doit être parfaitement saine.

A la différence de l’anorexie et de la boulimie qui sont des troubles alimentaires d’ordre quantitatifs, l’orthorexie est décrit comme un trouble d’ordre qualitatif. En 2009, Ursula Philpot, présidente de l’Association diététique britannique et maître de conférences à l’Université Leeds Beckett, décrit les personnes sujettes à l’orthorexie comme étant « uniquement soucieuses de la qualité des aliments qu’elles ingèrent, de raffiner et de restreindre leur alimentation en fonction de leur avis sur les aliments qui sont vraiment « purs » ».

Il faut savoir que l’orthorexie ne fait pas l’objet d’une reconnaissance officielle qui la classerait parmi les troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie ou la boulimie. Cependant, le Dr Steven Bratman propose de considérer cette pratique comme un trouble des conduites alimentaires au même titre que l’anorexie et la boulimie.

Du bien manger à l’obsession de la nourriture saine

On peut logiquement penser que l’orthorexie trouve ses origines dans les nombreux problèmes liés à l’alimentation depuis les années 50. Progression alarmante de l’obésité et des maladies métaboliques liées à la nutrition, scandales sanitaires, nourriture toxique bourrée d’additifs, règles farfelues imposées par les régimes amaigrissants… Il n’est pas étonnant que de nombreuses personnes privilégient aujourd’hui la nourriture saine.

On peut alors se demander pourquoi avoir une alimentation saine peut poser problème. Et bien tout réside toujours dans la modération car l’excès, quel qu’il soit, n’est jamais bon. Progressivement et de manière insidieuse, une relation négative avec la nourriture peut se mettre en place et nous faire passer de l’envie de bien manger à l’obsession de le nourriture saine.

Ainsi, on se laisse prendre au piège de la dichotomie alimentaire, qui consiste à catégoriser les aliments en « bons » ou « mauvais ». On évitera ainsi tous les aliments qui contiennent du sucre ou du gluten, ceux qui ne sont pas bios, ceux d’origine animale ou encore tous les aliments cuits… On écarte des aliments que l’on aime parce qu’on nous dit qu’ils font grossir… et on force à manger des aliments que l’on n’aime pas, juste parce qu’ils sont dans la catégorie des aliments considérés sains et bons pour la ligne.

Quand manger devient une obsession

Certes, de nombreux conseils alimentaires sont bons à suivre et je vous encouragerai toujours à avoir une alimentation saine pour bien maigrir. Le problème, c’est que les orthorexiques ne parviennent plus faire la part des choses et s’efforcent d’appliquer ces règles sans aucun discernement, comme de véritables dogmes alimentaires.

L’obsession de la nourriture saine se traduit d’abord dans le mode de pensée de la personne orthorexique. L’objectif premier n’est plus d’apprécier ce qu’elle mange, mais de veiller à consommer des aliments les plus « purs » possibles. On ne mange plus par plaisir de manger mais simplement pour répondre aux règles du régime.

Elle cesse alors de manger de façon spontanée et tout aliment devient source de méfiance. Ainsi, elle choisit et calcule méticuleusement toute la nourriture qu’elle consomme. Ce perfectionnisme est consommateur de temps et d’énergie chez la personne orthorexique. Elle peut en effet passer de nombreuses heures chaque jour à penser, planifier et organiser son alimentation.

Les conséquences de l’orthorexie

Quand manger sainement devient une obsession, on ne peut plus vraiment dire que la relation avec les aliments est saine. Penser ainsi à la nourriture de manière obsessionnelle n’est pas sain et peut engendrer des conséquences néfastes, aussi bien au niveau physique que psychique.

Manger sainement devient une contrainte qui ne permet plus aucune souplesse dans le régime et qui, à l’inverse, peut devenir source d’anxiété. Dans les cas les plus extrêmes, ce comportement obsessionnel peut même conduire à l’isolement professionnel et/ou social de la personne orthorexique, pouvant entraîner au final un état dépressif.

On constate aussi que la personne orthorexique est émotionnellement attachée à sa manière de manger. Pour se sentir bien et en accord avec elle-même, elle doit suivre son régime à la lettre. A l’inverse, le moindre écart est une vraie faute qui devient source d’angoisse et de culpabilité.

D’un point de vue de la santé physique, Bratman affirme que, dans certains cas, l’orthorexie peut se transformer en une obsession si extrême qu’elle peut conduire à une malnutrition. Et c’est exactement ce qui se passe lorsqu’on suit des régimes draconiens néfastes pour la santé.

Comment sortir de l’obsession de la nourriture saine

Diagnostic de l’orthorexie

A l’heure actuelle, il n’existe pas de critères diagnostics reconnus de l’orthorexie. Cependant, un professionnel de la santé peut poser un diagnostic de trouble du comportement alimentaire et éventuellement déceler une orthorexie. Vous pouvez vous tourner vers un médecin nutritionniste ou un psychiatre qui sont les deux professionnels les plus qualifiés pour établir ce type de diagnostic.

Le Dr Bratman a également conçu un questionnaire destiné à identifier l’orthorexie en quelques questions. Selon ce test, une réponse positive à plus de questions révèle une tendance à l’orthorexie, et une réponse positive à toutes les questions révèle une orthorexie avérée et sévère. Mais ce test est controversé.

En effet, le concept d’orthorexie est considéré comme trop rigide dans la définition qu’en donne Bratman. De plus, certaines questions du test de l’orthorexie élaboré par Bratman ne rentrent pas vraiment dans le champ d’un comportement orthorexique et sont plutôt à attribuer à une simple volonté de privilégier des choix d’alimentation saine au quotidien. Alors qu’en est-il ?

En faisant des recherches sur le test de Bratman, j’ai découvert que de nombreux sites internet proposent ce test en français. Le problème, c’est qu’il s’agit généralement de copies d’une traduction erronée du vrai test de Bratman, qui lui propose des questions reflétant réellement les impacts négatifs de l’orthorexie. Si vous souhaitez faire le test de l’orthorexie du Dr Bratman, allez donc plutôt voir les questions sur son site internet. Le test étant en anglais, il vous suffit de le traduire avec Google.

Dans tous les cas, si vous constatez que vous avez tendance à avoir une obsession de la nourriture saine, voici quelques conseils qui vous permettront d’adopter une alimentation saine tout en faisant preuve de souplesse à l’égard de votre régime alimentaire.

quand manger devient une obsession

Se déculpabiliser de manger

C’est bien connu, s’interdire des aliments que l’on aime parce qu’il ne rentre pas dans les « bons » aliments n’est pas tenable à long terme. Après la privation apparait la frustration qui ne manquera pas de nous faire craquer tôt ou tard, engendrant un fort sentiment de culpabilité.

Mais la culpabilité n’est jamais bonne conseillère, car elle peut provoquer des comportements alimentaires encore plus excessifs, même à un niveau inconscient. Soit dans le sens de l’excès, engendrant alors de véritables compulsions alimentaires. Soit dans le sens d’une restriction encore plus sévère pour se punir.

Manger sainement ne doit pas se faire dans la crainte constante de vous sentir coupable. Sinon, vous continuerez à avoir un comportement alimentaire chaotique. Il faut donc apprendre à vous nourrir sans culpabilité, en mangeant librement et avec plaisir. C’est le premier pas pour retrouver une relation saine avec la nourriture.

Faire la paix avec la nourriture

Se nourrir est une activité que nous devons faire plusieurs fois dans la journée, du matin au soir. Alors apprenez à en faire des moments de plaisir plutôt que des moments de contrainte et de lutte. Pour cela, faites la paix avec la nourriture et faites-en une alliée plutôt qu’une ennemie !

Il faut bien comprendre que personne n’est capable de suivre une hygiène alimentaire parfaitement stricte tout le temps. Il est donc fondamental de savoir prendre quelques fois de la distance vis-à-vis des règles alimentaires que nous nous imposons. Manger sainement, c’est aussi savoir faire preuve de souplesse à l’égard de son régime alimentaire en fonction des circonstances.

Si la nourriture nous permet de vivre, il ne faut pas non plus oublier qu’elle participe à notre bien-être émotionnel. Manger est un acte qui, à la base, est censé nous être agréable. Manger fait partie intégrante des moments de convivialité. Et manger est parfois quelque chose qui nous réconforte lorsque on a un coup de blues. Accepter cette idée permet d’éviter de s’en vouloir inutilement au moindre « écart ».

Dédiaboliser les aliments

Sortir de l’obsession de la nourriture saine, c’est aussi apprendre à vivre avec les aliments que vous aimez, même si ceux-ci ne rentrent pas, à priori, dans la catégorie des aliments sains.

Si vous diabolisez certains aliments, il est temps de faire la paix avec eux et d’apprendre à mieux les apprivoiser afin qu’ils ne soient plus source de stress pour vous. Et le meilleur moyen de faire cela, c’est d’arrêter de classer les aliments en « bons » ou « mauvais » afin qu’ils perdent leur pouvoir de « bien » ou de « mal ».

Le piège de l’alimentation saine, c’est de croire qu’il existe une manière de manger idéale et qui devrait être adoptée par tous. Or, la multiplicité des régimes et modes alimentaires en tous genres montre bien qu’il existe des centaines de manières de manger sain. Le vrai problème est ailleurs. Le vrai problème, c’est que selon le dogme alimentaire que vous suivez, vous avez donné une valeur positive ou négative aux aliments.

Pourtant, aucun régime ne peut se targuer de détenir la vérité absolue concernant les bons ou mauvais aliments. Lorsqu’on se penche de plus près sur les études scientifiques, on se rend bien compte que d’une étude à l’autre, un aliment est tantôt décrié, tantôt porté au pinacle. Et la science découvre constamment de nouvelles propriétés aux aliments. Ainsi, certains sont érigés du jour au lendemain comme des aliments miracles, alors que d’autres sont mis au pilori sans aucune raison valable.

Privilégier l’équilibre alimentaire

La liste des « bons aliments » et des « mauvais aliments » pour maigrir ou être en bonne santé n’existe pas. Tout simplement parce qu’en réalité, aucun aliment n’est parfait à lui tout seul. Chaque aliment apporte donc sa pierre à l’édifice de l’équilibre alimentaire. Alors au lieu de tout miser sur une liste d’aliments parfaits, envisagez plutôt de mettre en place un équilibre alimentaire qui vous permettra de mincir de manière saine et sans vous priver.

Il faut bien comprendre qu’il n’y a pas de mauvais aliments en soi, il y a juste de mauvaises habitudes alimentaires. La prise de poids provient souvent de mauvaises habitudes et de la consommation d’aliments « malsains » trop fréquemment. Mais vous pouvez tout à fait vous accorder quelques plaisirs sans aucune conséquence sur votre ligne, en sachant simplement les intégrer à un comportement alimentaire équilibré. Il ne s’agit pas de se priver des aliments qu’on aime mais d’apprendre à se faire plaisir sans culpabilité.

Pensez-vous avoir une obsession de la nourriture saine ? Vous permettez-vous quelques écarts dans votre régime alimentaire ou cherchez-vous à manger sain tout le temps ?


Vous avez aimé cet article ?


Téléchargez votre guide GRATUIT

En soumettant ce formulaire j'accepte que mes données soient collectées conformément à la politique de confidentialité.



Partagez et commentez cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En soumettant ce formulaire j'accepte que mes données soient collectées conformément à la politique de confidentialité.